Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

The Champ
LE CHAMPION
De King Vidor
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : Dink Purcell (Jackie Cooper) vit à Tijuana avec son père Andy « Champ » Purcell (Wallace Beery), un ancien champion de boxe devenu joueur compulsif et buveur invétéré. Dink adore son père et lui pardonne toutes ses frasques. Ayant gagné un cheval de course au jeu, Andy l’offre à son fils. Sur le champ de course, Dink rencontre Linda Carlton (Irene Rich), l’épouse du fortuné Tony Carlton (Hale Hamilton). Linda, autrefois mariée à Andy, réalise vite que Dink est son fils qu’elle n’avait pas vu depuis son divorce. Avec l’appui de Tony, elle cherche à convaincre Andy de lui laisser la garde de Dink. Mais l’ancien boxeur et son enfant ne veulent pas être séparés.



POINT DE VUE

Wallace Beery et Jackie CooperKing Vidor (1894-1982) a eu une longue carrière, s’étalant de 1919 à 1980, ponctuée par de nombreuses réussites comme Duel in the Sun (1946) avec Gregory Peck et Jennifer Jones en couple maudit, The Fountainhead (1949) avec Gary Cooper en architecte rebelle, et le formidable western Man Without a Star (1955) dont l’acteur Kirk Douglas s’attribuait la paternité en affirmant que le réalisateur ne faisait que suivre ses directives. The Champ est une histoire simple, un mélodrame assez poignant dépeignant l’amour inconditionné d’un un père et son fils. Bien souvent les rôles sont inversés et il incombe au jeune Dink de s’occuper de son père, lorsque celui-ci est trop saoul pour se mettre au lit tout seul. Champion déchu, faible de caractère, Andy l’irresponsable joue et boit plus que de raison. Il gagne au jeu un cheval pour son fils, mais le perd bien vite en jouant de nouveau. Mais qu’importe pour Dink ! L’enfant aime son père avec une admiration sans bornes. Se retrouvant en prison à la suite d’une querelle, Andy se rend compte qu’il vaut mieux que son fils aille vivre avec sa mère, afin d’avoir une éducation plus équilibrée. A contrecœur, il se force à rejeter durement Dink pour que ce dernier ait moins d’hésitation à partir. La scène est l’une des plus émouvantes du film.

Wallace Beery est particulièrement touchant dans le rôle de cet homme fruste qui désire le meilleur pour son enfant sans savoir comment le lui donner. Sa composition valut à l’acteur de recevoir en 1932 un Academy Award du meilleur acteur, ex æquo avec Fredrich March pour Dr. Jekyll and Mr. Hyde (Rouben Mamoulian, 1932). Jackie Cooper est convaincant et naturel en Dink, sauf lors des scènes lacrymales, où il se met à grimacer de façon embarrassante ! Le duo Beery / Cooper fonctionnant bien, il fut de nouveau réuni dans The Bowery (Raoul Walsh, 1933), Treasure Island (Victor Fleming, 1934), une bonne adaptation du roman de Robert Louis Stevenson, seulement gâchée par les grimaces de Jackie Cooper (filmées en gros plan !), et O’Shaughnessy’s Boy (Richard Boleslawsky, 1935).

Jesse Scott, Wallace Beery et Jackie CooperThe Champ rate une scène décisive : un important combat de boxe est filmé en accéléré, ce qui a pour effet d’en gommer l’intensité pour le rapprocher involontairement des films comiques muets ! En revanche, toutes les scènes intimistes ne sombrent jamais dans le ridicule ou les effets faciles. On notera un détail qui donne encore plus de valeur au film. Dans l’Amérique raciste des années trente où les acteurs Noirs étaient souvent cantonnés à ne jouer que des personnages de serviteurs débonnaires et infantiles, Jonah, le meilleur ami de Dink est incarné par un jeune garçon de couleur (Jesse Scott), traité non comme un faire-valoir, mais un égal. En 1979, Franco Zeffirelli fit un remake de The Champ, avec Jon Voight à la place de Wallace Beery, et Rick Schroeder dans le rôle du jeune fils.






SUPPLÉMENTS DE L’ÉDITION DVD ZONE 1

Colortone Revue Short “Crazy House” (durée : 13’02’’)
Ce court-métrage datant de 1930, dans lequel Benny Rubin visite une maison de fous, est d’une insigne médiocrité. Sa seule originalité est d’être en couleur !

11/13/1939 Lux Radio Theater Broadcast (durée : 58’45’’)
Huit ans après le film de King Vidor, seul Wallace Beery reprend son rôle d’Andy dans une adaptation radiophonique en trois actes, produite et présentée par le célèbre metteur en scène Cecil Blount DeMille. Wallace Beery donne la réplique à Bobby Larson (Dink), Noah Beery (Tony) et Josephine Hutchinson (Linda). Après la représentation, les acteurs disent quelques mots, ce qui permet à Josephine Hutchinson de faire de la publicité pour un savon ! Ce document audio est une véritable Time Capsule replongeant les auditeurs à la fin des années Trente, au temps où les pièces radiophoniques étaient immensément populaires.

Film-Annonce de The Champ (durée : 1’26’’)



 


Titre original : The Champ
Titre français : Le Champion
Réalisateur : King Vidor
Acteurs : Roscoe Ates, Wallace Beery, Jackie Cooper, Irene Rich
Durée : 86’15’’
Suppléments : court-métrage, pièce radiophonique, bande-annonce
Zone : 1 (DVD américain)
Editeur : Warner Home Video
Année du film : 1931
Format image : 1.33:1 original respecté, noir et blanc
Langue : anglais
Sous-titrage : anglais, espagnol, français
Son : Dolby Digital Mono 2.0

Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Librairie Lis-Voir