Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Guys and Dolls
BLANCHES COLOMBES ET VILAINS MESSIEURS
De Joseph L. Mankiewicz
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : A New York, tous les joueurs invétérés comptent sur Nathan Detroit (Frank Sinatra) pour organiser une nuit de jeu de dés. Fiancé depuis quatorze ans avec la danseuse Adelaide (Vivian Blaine), le velléitaire Detroit a de plus en plus de mal à repousser le mariage. Comble de ses soucis, il a besoin de 1000 dollars pour utiliser le garage Biltmore comme local de jeu. Rencontrant Sky Masterson (Marlon Brando), Nathan Detroit lui propose le pari d’un montant de 1000 dollars que Masterson ne pourra pas séduire le Lieutenant Sarah Brown (Jean Simmons), une jolie missionnaire n’arrivant pas à convaincre les pêcheurs de venir écouter des sermons, dans la Mission du quartier.



POINT DE VUE

Jean Simmons et Marlon BrandoTout commence à partir de la nouvelle The Idyll of Miss Sarah Brown écrite par Damon Runyon dont s’inspirèrent Jo Swerling et Abe Burrows pour rédiger le livret de la comédie musicale Guys and Dolls, montée à Broadway en 1950. Ce spectacle mettant notamment en vedette Robert Alda, Sam Levene Vivian Blaine et Stubby Kaye fut un tel coup de cœur pour le producteur Samuel Goldwyn qu’il investît un million de dollars afin d’acheter les droits d’adaptation de la pièce en film. 4,5 millions de dollars furent ensuite nécessaires pour produire le long-métrage. Samuel Goldwyn confia la réalisation au génial Mankiewicz, dont ce fut la première et unique comédie musicale. Pour remplacer Robert Alda dans le rôle de Sky Masterson, Goldwyn voulait Gene Kelly, mais Mankiewicz batailla ferme pour imposer Marlon Brando, qu’il avait auparavant dirigé dans Julius Caesar (1953). Se voyant proposer le personnage, Brando envoya un télégramme à Mankiewicz lui faisant part de son hésitation à accepter, du fait de son inexpérience dans le domaine du chant. Le réalisateur répondit à peu près ceci à l’acteur par télégramme : « je comprends votre appréhension, vous n’avez rien à craindre, moi non plus je n’ai jamais fait de comédie musicale ! »

Alors que Vivian Blaine et Stubby Kaye passèrent des planches au grand écran en reprenant leurs rôles respectifs, il ne fut pas question de proposer à Same Levene de redevenir Nathan Detroit. Ce fut finalement Frank Sinatra qui lui succéda. Or Sinatra n’avait d’yeux que pour le rôle de Sky Masterson tenu par Brando. Jaloux, le chanteur-acteur n’accepta jamais de se voir reléguer au second plan et, plus tard, intégra à son répertoire une chanson de Masterson : Luck Be a Lady Tonight, pour s’approprier ce qu’il pouvait du personnage qu’il n’avait pu incarner. L’ambiance n’étant pas au beau fixe sur le tournage entre Sinatra et Brando, ce dernier s’amusa même aux dépens du premier. Lors d’une scène dans un restaurant durant laquelle Sinatra devait manger une bouchée de cheesecake, Brando rata exprès un grand nombre de prises, contraignant ainsi Sinatra à manger du cheesecake jusqu’à la nausée ! Bien fait pour lui !

Frank Sinatra et Vivian BlaineLe film de Joseph L. Mankiewicz est une charmante comédie musicale qui arrive à ne pas lasser pendant 2H30, malgré un scénario des plus minces sur le monde des joueurs de dés new-yorkais. Les chorégraphies de Michael Kidd associées à la musique de Frank Loesser nous transportent des trottoirs de Broadway (lors d’une introduction sans parole époustouflante), aux sous-sols new-yorkais en passant par La Havane avec un même entrain. L’univers de joueurs de Guys and Dolls gravite autour de deux couples. Frank Sinatra, dont les capacités vocales sont impressionnantes, mais dont le jeu en tant qu’acteur est assez quelconque, forme un duo assez peu électrique avec Vivian Blaine, au demeurant excellente chanteuse, mais guère attirante. On comprend pourquoi Nathan Lane hésite depuis quatorze ans à épouser sa fiancée ! Marilyn Monroe convoitait le rôle d’Adelaide, mais Joseph L. Mankiewicz ne voulait pas retravailler avec elle après All About Eve (1950). L’actrice aurait certainement apporté plus de glamour au rôle que Blaine, et l’on ne peut que rêver à ce qu’aurait pu être la chanson Pet Me Papa chantée par Monroe, déguisée en chatte, lors du numéro avec les Goldwyn Girls ! .

Mais l’attraction principale du film, le couple qui fait des étincelles, c’est celui constitué par Marlon Brando et Jean Simmons, se retrouvant un an après Désirée (Henry Koster, 1954), qui s’intéressait à l’amour contrarié de Napoléon Bonaparte envers Désirée Clary. Coaché par Frank Loesser pour le chant, Brando donne le meilleur de ses capacités vocales assez limitées, lors des trois chansons qu’il interpréter. La dernière, en solo (Luck Be a Lady Tonight), dans laquelle il implore la chance de le laisser gagner, est magnifiée par son incroyable charisme. En ce qui concerne le chant, Jean Simmons s’avère avoir un beau filet de voix. L’un des meilleurs passages du film est celui à la Havane, qui permet, chose ô combien rare, d’admirer Brando en train de danser. Quant à la réservée Sarah Brown à qui Jean Simmons prête ses traits, elle s’enhardit de plus en plus au contact de boissons alcoolisées, pour finir la soirée en jouant des poings comme une boxeuse aguerrie ! Une femme faussement fragile à ajouter à toutes celles qui se trouvent dans l’œuvre de Joseph L. Mankiewicz.






SUPPLÉMENTS DE L’ÉDITION DVD ZONE 1

Documentaire A Broadway Fable : From Stage to Screen Ce documentaire réalisé par Michel M. Arick, peut être regardé en une traite (durée totale : 51’23’’) ou en deux segments séparés et contient des interviews de Susan Loesser (fille de Frank Loesser, compositeur de la musque et auteur des paroles des chansons de Guys and Dolls), Michael Kidd (chorégraphe), Jo Sullivan-Loesser (actrice, femme de Frank Loesser), John Loesser (fils de Frank Loesser), A. Scott Berg (auteur de Goldwyn : A Biography), Samuel Goldwyn Jr., Tom Mankiewicz (fils de Joseph L. Mankiewicz).

1)-Guys and Dolls : The Goldwyn Touch (durée : 24’43’’)
Les témoignages permettent de comprendre combien Guys and Dolls était un projet tenant à cœur au producteur Samuel Goldwyn, revenant à la production après trois ans d’arrêt. Le documentaire s’attache aussi aux acteurs principaux Frank Sinatra, chanteur confirmé et Marlon Brando, aux capacités vocales assez modestes.

2)-Guys and Dolls : From Stage to Screen (durée : 27’30’’)
Ce documentaire sur la partie musicale de Guys and Dolls compare la pièce de Broadway avec son adaptation au cinéma. On apprend que Vivian Blaine était présente dans les deux versions, comme certains autres artistes tels que Bert May, Larri Thomas, et Tony Rosa. Il est aussi question des Goldwyn Girls, danseuses accompagnant Vivian Blaine, des numéros musicaux non repris dans le film, ainsi que des nouvelles chansons, comme Pet Me Papa (remplaçant A Bushel and a Peck que Samuel Goldwyn n’aimait pas) et Adelaide écrite par Frank Loesser spécialement pour Frank Sinatra, toujours aussi dégoûté de ne pas avoir obtenu le rôle de Sky Masterson.

More Guys and Dolls Stories (durée totale : 7’45’’)
De très brèves séquences constituées d’interviews des intervenants vus dans les précédents documentaires.

1)- Adelaide (durée : 0’52’’)
Tom Mankiewicz relate que la chanson Adelaide garde une place dans ses pensées parce que la secrétaire de son père portait le même nom.

2)- Brando Dance Lesson (durée : 1’35’’)
Michael Kidd se souvient du professionnalisme de Marlon Brando.

3)- Goldwyn’s Career (durée : 2’39’’)
A. Scott Berg, auteur d’un livre sur Samuel Goldwyn, retrace brièvement le parcours de ce self-made man.

4)- On the Set (durée : 1’13’’)
Tom Mankiewicz se souvient de l’atmosphère des plateaux de Guys and Dolls qu’il a visités étant enfant.

5)- Rehearsing Adelaide (durée : 1’30’’)
Michael Kidd raconte le comportement de Frank Sinatra lorsqu’il fallut répéter avec Vivian Blaine la chanson Adelaide. Décidément, n’avoir pas pu interpréter le personnage de Sky Masterson est resté en travers de la gorge de Sinatra « The Voice » !

Musical Performances
Un supplément plutôt inutile, puisqu’il s’agit en fait des principaux passages musicaux de Guys and Dolls, extraits du film, alors qu’ils étaient disponibles sans difficulté en passant par le chapitrage.

1)- Fugue for Tinhorns (durée : 1’38’’)
2)- I’ll know (durée : 4’57’’)
3)- Guys and Dolls (durée : 3’22’’)
4)- Adelaide (durée : 3’30’’)
5)- Luck be a Lady (durée : 3’10’’)
6)- Sue Me (durée : 3’10’’)

Photo Gallery (113 photos)

Previews
Bande-annonce d’Annie (durée : 0’33’’)
Bande-annonce de West Side Story Collector’s Edition (durée : 1’25’’)

Livret de 72 pages
Il contient un historique de Guys and Dolls, des photos du film, ainsi que des reproductions de publicités d’époque.

Un mot sur le doublage français
Cette version française d’époque souffre d’une adaptation assez fantaisiste. Les noms originaux ont été francisés de façon inutile, voire ridicule : Nathan Detroit devient Alain Detroit, Sky Masterson se transforme en Caïd Matterson, Harry The Horse en Henri le Hareng et Benny Southstreet, Benoît l’haricot vert ! Frank Sinatra est doublé par Roger Rudel, Marlon Brando par Pierre Trabaud qui le doublait précédemment dans On the Waterfront (Elia Kazan, 1954) et dont la voix aiguë était assez proche de celle de l’acteur américain. Ce qui est drôle, c’est que Sheldon Leonard est doublé par William Sabatier qui, avec sa voix grave, très virile, sera une voix française « idéalisée » de Brando à partir des années soixante, notamment dans The Chase (Arthur Penn, 1966) et Reflections in a Golden Eye (John Huston, 1967) ! Enfin, Jean Simmons a la voix d’Arlette Thomas, comme ensuite dans Spartacus (Stanley Kubrick, 1960).



 


Titre original : Guys and Dolls
Titre français : Blanches colombes et vilains messieurs
Réalisateur : Joseph L. Mankiewicz
Acteurs : Vivian Blaine, Marlon Brando, Jean Simmons, Frank Sinatra
Durée : 149’12’’
Suppléments : documentaires, galerie de photos, bndes-annonces, livret de 72 pages
Zone : 1 (DVD américain)
Editeur : MGM
Année du film : 1955
Format image : 2.55:1 original respecté, couleur
Langues : anglais, espagnol, français
Sous-titrage : anglais, espagnol, français
Son : Dolby Digital 5.1, Dolby Digital Surround 3.0, Dolby Digital Surround 2.0

Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Librairie Lis-Voir