Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Stripes
LES BLEUS
D’Ivan Reitman
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : Le même jour, John Winger (Bill Murray) est quitté par sa petite-amie, perd son emploi, et sa voiture. Que va-t-il faire pour reprendre le contrôle de sa vie ? S’engager dans l’Armée américaine !



POINT DE VUE

Bill Murray et Harold RamisLors d’une projection de son film Meatballs (1979), le réalisateur Ivan Reitman avait soudain eu une idée de projet avec son ami le scénariste Dan Goldberg. Il s’agissait de réaliser un film ayant en vedette Cheech Marin et Tommy Chong, intitulé Cheech and Chong Join The Army. Finalement, Bill Murray et Harold Ramis sont devenus les acteurs principaux du film, qui a été rebaptisé Stripes. Contrairement à M.A.S.H. (Robert Altman, 1970) qui dénonçait les horreurs de la guerre sous couvert d’une comédie pleine d’humour noir, Stripes ne dénonce rien et se cantonne à la fantaisie pure.

Bill Murray, alors au tout début de sa carrière, est excellent en paumé ironique qui décide de s’engager dans l’Armée à défaut d’autre chose. Il se retrouve confronté au sergent Hulka (magnifique Warren Oates), un dur à cuire qui ne supporte pas son attitude nonchalante. Harold Ramis, incarne l’ami que Murray a persuadé de s’engager avec lui. Leur complicité à l’écran est évidente. Et il faut voir comment Ramis se moque de la recrue jouée par le regretté John Candy, en l’imitant derrière son dos lorsqu’ arrive son tour de se présenter dans la chambrée. Le passage est hilarant. John Larroquette se surpasse en capitaine abruti totalement dépassé par les événements, certainement plus apte à épier les femmes sous la douche, que pour commander. La touche romantique est assurée par les deux femmes tombant en amour avec Murray et Ramis. On reconnaît P.J.Soles, un petit peu plus crédible ici en membre de la police militaire, qu’en lycéenne trentenaire dans l’un de ses précédents films, Rock’n Roll High School (Allan Arkush, 1979), et, Sean Young, tout de suite avant qu’elle ne devienne la fascinante Rachael, dans Blade Runner (Ridley Scott, 1982).