Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Wendy TRAMIER (DR)
WENDY TRAMIER
Adaptatrice
de la série Sherlock

Entretien réalisé
le 23 novembre 2014
par François JUSTAMAND

Remerciements à
Sophie NEERMAN
de France Télévisions


Wendy Tramier est adaptatrice de doublage. Elle a travaillé notamment sur la version française de la série The West Wing. Elle nous parle précisément de son travail sur Sherlock, série sur laquelle nous avions animé une conférence au Salon des séries et du doublage en novembre 2014.



La Gazette du doublage : Quels parcours avez-vous suivi pour devenir adaptatrice de doublage ?

Wendy Tramier : Aucun parcours particulier puisque j’ai un DESS de psychopathologie. A l’époque où j’ai commencé, il n’existait aucune formation universitaire pour devenir auteur de doublage. Nous étions formés sur le tas. De plus, le milieu du doublage était très fermé. Il fallait le plus souvent « connaître quelqu’un » pour y entrer.

La Gazette du doublage : Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

la bande rythmo (DR) Wendy Tramier : Une bonne connaissance du français et des différents types de langages, une bonne connaissance de la langue que l’on adapte (même si nous devons être capables d’adapter n’importe quelle langue avec une bonne traduction), savoir renoncer à une idée si on nous en propose une meilleure, croire de façon presque superstitieuse qu’il existe une solution idéale à un problème de traduction et d’adaptation et de l’endurance.

La Gazette du doublage : Préférez-vous le terme d’adaptatrice ou auteur de doublage ?

Wendy Tramier : L’un et l’autre me conviennent mais j’avoue que j’aimais bien le terme de dialoguiste (qu’on utilise de moins en moins) qui a un côté plus dynamique.

La Gazette du doublage : À quelle étape de la chaîne du doublage intervenez-vous ?

Wendy Tramier : Juste après ce qu’on appelle la détection. Le rôle du détecteur est de transcrire sur un support (une bande-mère) le texte VO en lui adjoignant des signes conventionnels signalant une ouverture ou une fermeture de bouche par exemple. Notre rôle d’adaptateur est ensuite d’écrire un texte français en nous « appuyant » sur cette détection pour trouver un texte qui soit synchrone.