Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Neon Maniacs
NEON MANIACS
De Joseph Mangine
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : Natalie (Leilani Sarelle) est la seule survivante d’un massacre ayant eu lieu la nuit dans un parc de San Francisco. Quand elle affirme que les coupables sont une bande de créatures monstrueuses, personne ne la croit, sauf Steven (Clyde Hayes), un jeune guitariste amoureux d’elle et Paula (Donna Locke), une adolescente passionnée de films d’horreur. En menant sa petite enquête, Paula découvre le repaire des Neon Maniacs dans un hangar sous le pont du Golden Gate et surtout, un moyen de les éliminer.



POINT DE VUE

Archer« Quand le monde est dominé par la violence et l’âme de l’humanité s’estompe, le chemin des enfants sera assombri par les ombres des maniaques du néon », annonce une voix-off inquiétante avant que le film commence. Lesdits Neon Maniacs sont des espèces de Village People surnaturels, ayant chacun une apparence particulière et un moyen de tuer rien qu’à lui : un archer muni d’une arbalète, un homme-singe aux dents acérées, un samouraï avec un sabre, un tueur à la hache, un autre au couteau, un robot appelé le Decapitator lançant des décharges électriques, un chirurgien dément maniant le scalpel, un bourreau armé d’une corde, un indien Mohawk avec une lance, un motard avec une chaîne, un soldat avec un fusil, et enfin le Scavenger, sorte de cyclope doté d’un crochet. Tout ce petit monde aux origines mystérieuses se déplace en bande uniquement la nuit, avec comme cible principale les adolescents qui auraient le malheur de les croiser. Deuxième et dernier film en tant que réalisateur de Joseph Mangine (1933-2006) - un directeur de la photographie ayant œuvré sur des films pornos, érotiques, mais aussi d’épouvante tels que L’incroyable alligator (Lewis Teague, 1980), Mother’s Day (Charles Kaufman, 1980), Alone in the Dark (Jack Sholder, 1982) et Alligator II, la mutation (Jon Hess, 1991) - Neon Maniacs se révèle malheureusement l’archétype du film d’horreur bâclé, avec une bonne idée mal exploitée.

Les critiques ne manquent pas. Manifestement, les conditions de tournage ont été difficiles, souffrant de plusieurs arrêts nécessitant de remplacer ensuite certains acteurs plus disponibles pour rendosser les costumes des Neon Maniacs (on remarque notamment le changement pour l’homme-singe). Un choix de distribution laisse aussi perplexe du côté de ceux luttant contre les monstres, avec Donna Locke, charmante au demeurant, mais un peu trop âgée pour nous faire croire qu’elle est une ado pas encore sortie de l’enfance. Le scénario est très confus, n’expliquant jamais l’origine (une autre dimension ?) et les motifs (le plaisir de tuer ?) des maniaques, tandis que l’idée de ménager une histoire d’amour assez mièvre entre Natalie et Steven s’allie mal au ton sombre du récit. Ces personnages ont d’ailleurs des réactions totalement incohérentes, en particulier lorsqu’ils décident de s’allonger pour s’étreindre alors qu’ils sont talonnés par plusieurs des créatures ! Le générique au synthé surprend par sa douceur peu appropriée pour un tel long-métrage qui aurait bénéficié d’une musique bien plus percutante.  !spoiler ! Et que dire enfin de la manière confondante de détruire les Neon Maniacs qui, si terrifiants qu’ils soient, s’avèrent allergiques à l’eau ?

MohawkParfois en montrer le moins possible n’est pas forcément plus efficace, on ne peut que regretter que les maquillages assez réussis des Neon Maniacs ne soient pas mieux mis en valeur. De même, il est dommage que le film donne l’impression de régulièrement désamorcer les situations qui auraient pu le rendre mémorable. Ainsi, la plupart des meurtres ont lieu hors-champ ou sont montrés de façon trop expéditive. On retiendra tout de même la séquence assez prenante de l’attaque du groupe de jeunes dans le parc, chaque Neon Maniac se choisissant une victime en avançant imperturbablement vers elle à pas lent, non sans rappeler la démarche des zombies. Joseph Mangine arrive à instaurer une certaine tension lorsque Natalie, la seule survivante, s’enferme dans un van et observe tétanisée l’assaut de toute la bande entourant le véhicule. La poursuite dans le métro durant laquelle Natalie et Steven sont traqués par les monstres ne manque pas de rythme non plus et bénéficie en plus d’une touche d’humour inspirée, lorsque les maniaques resquillent en passant le portillon, devant le regard désapprobateur d’un employé bien à l’abri derrière sa vitre. Enfin, l’interprétation est loin d’être mauvaise, que ce soit Leilani Sarelle ou même Donna Locke qui, bien qu’un peu mûre pour son rôle, rend la jeune Paula fort attachante, en Buffy avant l’heure.

IMAGE ET SON

En 2014, Code Red a sorti Neon Maniacs aux Etats-Unis en DVD et en Blu-ray, tous deux non zonés. Fort curieusement, alors que le DVD est au format original 1.85:1, le Blu-ray opte pour un format 1.78:1. La copie est assez propre mais semble parfois trop sombre, ce qui empêche de voir en detail les maquillages des créatures. La version originale anglaise en mono ne présente pas de souffle. Aucun sous-titre n’est disponible.






SUPPLÉMENTS DE L’ÉDITION DVD

Entretien avec Allan A. Apone (durée : 12’54’’)
Dans cet entretien, Allan A. Apone, co-responsable des effets spéciaux sur Neon Maniacs parle moins des maquillages qu’il a conçus pour le film que des difficultés rencontrées lors du tournage. Il raconte en particulier sa mésentente avec le réalisateur au sujet de l’apparence des créatures, Mangine lui ayant apporté des figurines en argile qu’il avait fabriquées mais trop grossières pour servir de modèles.

bande-annonce (durée : 2’08’’)



 


Titre original : Neon Maniacs
Réalisateur : Joseph Mangine
Acteurs : Victor Brandt, Clyde Hayes, Donna Locke, Leilani Sarelle
Durée : 91’12’’
Suppléments : entretien avec Allan A. Apone, bande-annonce
Zone : 0
Editeur : Code Red
Année du film : 1986
Format image : 1.85:1, couleur
Langue : anglais
Sous-titrage : aucun
Son : Dolby Digital Mono 2.0

Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister