Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Raiders of Old California
L’ULTIME CHEVAUCHÉE
D’Albert C. Gannaway
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : A la fin de la guerre du Mexique, le capitaine McKane (Jim Davis) oblige un officier mexicain (Lawrence Dobkin) à lui céder ses terres lors de sa capitulation. Il est en fait un escroc aventurier qui s’est engagé uniquement pour extorquer de riches territoires, avec l’aide de son comparse Pardee (Lee Van Cleef). Quelques années plus tard, un juge (Louis Jean Heydt) et son fils policier fédéral (Faron Young) viennent enquêter sur ces répartitions douteuses.



POINT DE VUE

Lee Van CleefAlbert C. Gannaway avait plus d’une corde à son arc. Homme d’affaires avisé, notamment auteur de chansons, il est reconnu aux Etats-Unis pour avoir produit dans les années 50 pour la télévision, la série The Grand Ole Opry, filmant en 35 mm couleur des artistes de musique Country. Il lui vient à l’idée de s’essayer à la réalisation, en mettant en scène des films à petit budget, principalement des westerns, sous la bannière de la Gavel, sa propre société de production. En 1957, il filme dans la foulée The Badge of Marshal Brennan et L’ultime chevauchée avec pratiquement la même distribution, à Kanab dans l’Utah. Pour le second, il pense à donner la vedette à Faron Young, chanteur-compositeur de Country, qui malheureusement pour lui ne percera pas dans le septième art. Curieusement, Young interprète dans le film un héros portant son propre nom.

L’ultime chevauchée ressemble à bon nombre de westerns de courte durée, dans lesquels, dès les années 30, des acteurs tels que John Wayne ou les “cowboys chantant” Gene Autry et Roy Rogers composaient des redresseurs de torts toujours prompts à sauver la veuve et l’orphelin. A ceci près que contrairement à Autry et Rogers, Faron Young ne pousse jamais la chansonnette alors que l’on aurait pu craindre que ce soit un passage obligé. Plaisant, ce western sans temps mort, privilégie l’action en faisant fi de la véracité historique. Ainsi, les soldats américains que l’on voit se battre en 1847 lors de la guerre du Mexique… portent des uniformes de la guerre de Sécession (1861-1865) !

Faron YoungCette réserve étant faite, le métrage démarre avec célérité, avec cette attaque d’un fort mexicain assez convaincante, malgré la modestie des moyens, pour ensuite être ponctué par des bagarres et même une poursuite en règle du héros par les Comanches. On constate aussi le choix louable de ne pas présenter les Mexicains de façon caricaturale, le méchant de l’histoire étant cette-fois un officier américain ayant eu recours au chantage pour spolier un grand propriétaire terrien mexicain. La justice triomphante est quant à elle représentée de façon bicéphale, par un juge intègre et son fils, agent de la police fédérale.

Alors que L’ultime chevauchée ne pourrait être qu’un banal divertissement parmi tant d’autres westerns, il bénéficie fort heureusement de la présence de Lee Van Cleef, faisant merveille en comparse de l’ignoble voleur de terres. Un individu si violent que son patron doit le tirer en arrière par les cheveux pour lui éviter d’en arriver jusqu’au meurtre quand il se bat. C’est à regret que l’on voit Van Cleef se faire dessouder au bout de 40 minutes, en laissant alors à Jim Davis, surtout connu en France pour son rôle de patriarche dans la série Dallas (1978-1991), le soin de jouer les ordures en solo.

Jim DavisUne fois n’est pas coutume, point de trace de romance dans L’ultime chevauchée, l’unique rôle féminin, tenu par Arleen Whelan, étant celui de l’épouse d’un fermier, autrefois sous les ordres de l’officier véreux accapareur de terrains, contre lequel il décide de témoigner au péril de sa vie. Notons enfin que contrairement à l’affiche mensongère du film, à aucun moment y voit-on une femme en robe rouge brandissant une torche pour se défendre de trois gredins.

IMAGE ET SON

Sans que ce soit catastrophique, l’image en noir et blanc, manifestement non restaurée, manque de profondeur, parfois émaillée de tâches noires et autres imperfections dues à l’âge. Seule la version originale sous-titrée est disponible. Les sous-titres sont amovibles.






SUPPLÉMENTS DE L’ÉDITION DVD

Les chasseurs de la Californie (durée : 19’39’’)
Dans cet entretien, Georges Ramaïoli, dessinateur et scénariste de bandes dessinées, commence par mettre en évidence les anachronismes présents dans L’ultime chevauchée, puis donne des indications sur les carrières respectives du réalisateur et des principaux interprètes du film.

Diaporama (durée : 0’53’’)

Films-annonces de la collection Western
L’ultime chevauchée en version originale anglaise (durée : 2’15’’)
La vallée du solitaire en version originale anglaise (durée : 1’25’’)
Fort Invincible en version sans paroles (durée : 1’23’’)
Le fier rebelle en version française (durée : 1’41’’)
L’attaque de Fort Douglas en version française (durée : 1’06’’)



 


Titre original : Raiders of Old California
Titre français : L’ultime chevauchée
Réalisateur : Albert C. Gannaway
Acteurs : Jim Davis, Lee Van Cleef, Arleen Whelan, Faron Young
Durée : 68’59’’
Suppléments : bandes-annonces, diaporama, entretien
Zone : 2
Editeur : Artus Films
Année du film : 1957
Format image : 1.37:1, noir et blanc
Langue : anglais
Sous-titrage : français (amovible)
Son : Dolby Digital Mono 2.0

Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister