Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

CYBORG 2087
De Franklin Adreon
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : En 2087, la liberté de pensée a cessé d’exister. Grâce à la radiotélépathie, l’esprit des hommes est contrôlé par des dictateurs. Des rebelles réussissent à renvoyer dans le passé le cyborg Garth (Michael Rennie). Sa mission consiste à éviter un désastre scientifique, en localisant en 1966 le professeur Sigmund Marx (Eduard Franz), inventeur de la radiotélépathie. Garth doit alors ramener avec lui Marx dans le futur ou le tuer s’il résiste, afin que son invention ne soit jamais utilisée par de mauvaises mains. Le voyageur du temps est aidé par Sharon Mason (Karen Steele), assistante du professeur qu’il a pu convaincre en ayant recours à la radiotélépathie sur elle. L’aventure se corse lorsque deux cyborgs traceurs arrivent également de 2087, pour éliminer Garth avant qu’il n’atteigne son objectif. Ils se mettent rapidement sur sa piste, guidés en cela par un émetteur logé dans la poitrine de leur cible.



POINT DE VUE

Karen SteeleDécembre 2016 marque la sortie par Artus Films du coffret La guerre des robots. L’un des DVD contient Le maître du monde (Lee Sholem, 1954) et The Creation of the Humanoids (Wesley Barry, 1962), tandis que sur l’autre se trouve Target Earth (Sherman A. Rose, 1954) et Cyborg 2087 (Franklin Adreon, 1966).

On distingue plusieurs types de voyageurs spatio-temporels. Ceux qui, après une expérience scientifique perfectible, se retrouvent perdus dans les limbes du temps, comme les deux amis de la série Au cœur du temps (1966-1967). Ceux qui partent à l’aventure dans le temps par curiosité et qui, en chemin, rencontrent l’amour, comme c’est le cas dans La machine à explorer le temps (George Pal, 1960) et The Flipside of Dominick Hide (Alan Gibson, 1980). Enfin, il y a ceux investis d’une mission, en repartant dans le passé pour par exemple tuer Hitler, comme Paul Driscoll (Dana Andrews) dans l’épisode No Time Like the Past (1963) de la série La quatrième dimension (1959-1964), ou éviter que ne soit tuée la génitrice du futur leader d’une guerre contre les machines, comme Kyle Reese (Michael Biehn) dans Terminator (James Cameron, 1984). Cyborg 2087 appartient à cette dernière catégorie et partage une intrigue similaire à celle du film de Cameron, mais en bien moins spectaculaire.

Réalisé par Franklin Adreon, producteur et metteur en scène de nombreuses séries, Cyborg 2087 est ce que l’on pourrait qualifier de Time Capsule, à savoir un film incitant à la nostalgie, ramenant le spectateur dans une époque passée, dont la mode et la musique paraissent délicieusement désuets. Cette histoire de science-fiction d’un autre âge, aux effets spéciaux très datés se laisse regarder sans déplaisir, mais manque cruellement de punch. Assez proche visuellement de bon nombre de téléfilms fauchés des années 60-70, elle sombre parfois dans le ridicule, notamment lorsque nous est infligée une embarrassante scène où quatre jeunes se mettent à danser le twist ! Autre détail assez gênant, lorsque Garth arrive en 1966, il quitte comme si de rien n’était son vaisseau, laissé la porte ouverte en pleine nature ! Ensuite, les cyborgs traceurs feront exactement pareil, en faisant fi du risque que le véhicule attire l’attention et soit saccagé !

Michael RennieDu côté des aspects positifs, Cyborg 2087 regorge d’excellents acteurs qu’il est toujours bon de revoir. L’acteur britannique Michael Rennie, inoubliable extraterrestre pacifique dans Le jour où la terre s’arrêta (Robert Wise, 1951), apporte une certaine élégance à son personnage mi-homme, mi-machine. Remplacé par un cascadeur lors des scènes de combat, il faut reconnaître que la supercherie passe nettement mieux que dans d’autres métrages. La charmante Karen Steele, qui avait hérité d’un rôle intéressant dans le western La chevauchée de la vengeance (Budd Boetticher, 1959) est malheureusement moins bien employée dans l’œuvre d’Adreon. Dans la peau d’une assistante plutôt effacée, elle se retrouve dans la position de la belle en péril, lorsqu’attachée par les bras, elle est utilisée comme appât par l’un des cyborgs traceurs, l’obligeant à hurler pour attirer Garth. De plus, son idylle avec Garth, développée quelques minutes avant la fin, paraît franchement bâclée. On reconnaît également le vétéran Warren Stevens, habitué aux rôles de scientifiques après Planète interdite (Fred M. Wilcox, 1956), composant ici un biologiste se chargeant d’opérer Garth pour le délester de l’émetteur incrusté dans sa poitrine.

Cyborg 2087 ne sera pas la seule incursion de Franklin Adreon dans le voyage dans le temps. La même année, il mettra en scène Dimension 5, une histoire d’espionnage dans laquelle Jeffrey Hunter est pourvu d’une ceinture remplaçant la traditionnelle machine à voyager. Les deux films ont d’ailleurs le même scénariste spécialisé dans le fantastique, Arthur C. Pierce, auteur en particulier du scénario de l’étrange coproduction americano-suédoise Terror in the Midnight Sun (Virgil W. Vogel, 1959) ; histoire d’Alien poilu remaniée par le producteur peu scrupuleux Jerry Warren, ayant rajouté des scènes pour ressortir le long-métrage sous le titre Invasion of the Animal People .

IMAGE ET SON

Sherry AlberoniAvant que le film ne commence, un carton avertit que « le matériel de Cyborg 2087 n’a pas été conservé dans des conditions optimales… » Effectivement, l’image est très altérée, plutôt floue, de qualité similaire à celle d’une VHS très fatiguée. Le DVD contient la version originale anglaise avec des sous-titres français amovibles, le film, inédit dans les salles françaises, n’ayant jamais été doublé.






SUPPLÉMENTS DE L’ÉDITION DVD Diaporama (durée : 0’54’’)

Film-annonce de Cyborg 2087 en version originale anglaise (durée : 1’28’’)

Livret de 12 pages « Alerte aux robots ! »
Sous-titré Le robot au cœur de l’âge d‘or de la SF cinématographique américaine, ce livret fait un petit exposé sur les origines des robots avant d’aborder leur présence dans le cinéma des années 30 à 60. Nous soupçonnons (peut-être à tort) que son auteur, se cachant sous le pseudonyme Pr Brave Ghoul, n’est autre qu’Alain Petit. En effet, on retrouve page 8 le terme « une palanquée » si cher à celui-ci.

4 Lobby Cards
Une Lobby Card pour chaque film du coffret La guerre des robots



 


Titre original : Cyborg 2087
Réalisateur : Franklin Adreon
Acteurs : Wendell Corey, Michael Rennie, Karen Steele, Warren Stevens
Durée : 78’47’’
Suppléments : diaporama, film-annonce, livret de 12 pages
Zone : 2
Editeur : Artus Films
Année du film : 1966
Format image : 1.37:1, couleur
Langue : anglais
Sous-titrage : français (amovible)
Son : Dolby Digital Mono 2.0

Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister