Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Kirk Douglas (DR)
Les voix françaises de Kirk Douglas
par François JUSTAMAND

Remerciements à Stéphane Lerouge,
à Maurice Le Borgne, à Pascal Laffitte,
à Patrice Ferrero et à Christian Dureau

Kirk Douglas, un des derniers géants de l’âge d’or hollywoodien, vient de fêter ses 100 ans (il est né le 9 décembre 1916). Plusieurs comédiens français lui ont prêté leur voix durant sa longue carrière, mais celui qui est resté comme sa voix française la plus célèbre est Roger Rudel. Ce grand comédien de l’ombre que l’on surnommait affectueusement "Kirk Doublage" dans le métier reste à jamais associé vocalement à l’acteur américain qu’il a doublé dans la plupart de ses films.



Roger Rudel (DR) Roger Rudel est né le 14 décembre 1921 à Montpellier. En 1940, il obtient son premier cachet de comédien dans cette ville du sud de la France pour la pièce Polyphème d’Albert Salmain. En 1943, il décide de monter à Paris et se présente au concours du Conservatoire où il est reçu premier ex-æquo avec Gérard Philippe.

En 1947, un responsable du doublage de la MGM à Paris lui propose de faire de la synchro. Hésitant, il accepte quand même. Ce sera pour le film Le portrait de Dorian Gray dans lequel il double George Sanders. Ensuite, les doublages s’enchaînent. La MGM, toujours, lui confie les voix de Fred Astaire dans ses films des années 50, Gene Kelly, Frank Sinatra... La 20th Century Fox lui propose de doubler Tyrone Power dans Capitaine King (1953). Il prête aussi sa voix à Errol Flynn dans Gentleman Jim (1942), Montgomery Clift dans Tant qu’il y aura des hommes (1953), Jack Lemmon travesti dans Certains l’aiment chaud 
1959), Rod Taylor dans Les Oiseaux 
(1963) ainsi qu’à Marcello Mastroianni, Mel Ferrer, Glenn Ford, Vittorio Gassman, Ronald Reagan, Richard Widmark...

Évidemment, son acteur fétiche à l’écran reste Kirk Douglas qu’il commence à doubler dans L’Emprise du crime (1946). C’est lors de la Première parisienne du film Histoire de détective (1951) qu’il rencontre Kirk Douglas. A la sortie de la projection au Paramount, l’acteur américain lui avoue : "Vous avez les mêmes tripes que moi !" Beau compliment... En 1960, Douglas envoie une lettre à la branche française d’Universal demandant expressément que ce soit Rudel qui le double dans Spartacus. Autre témoignage, celui de Claude Chabrol, pour lequel Rudel a tourné dans Le Boucher (1970) : "Je ne regarde pas un film avec Kirk Douglas s’il n’est pas doublé par Roger Rudel !"