Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Wilhelm Tell
GUILLAUME TELL
De Michel Dickoff et Karl Hartl
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : À la fin du XIIIème siècle, le bailli Gessler (Wolfgang Rottsieper), aux ordres des Habsbourg et du Saint Empire Romain Germanique, impose sa tyrannie aux habitants des cantons de Schwyz, Uri et Unterwalden. Les paysans doivent payer de plus en plus d’impôts et subir les humiliations des gardes. Guillaume Tell (Robert Freitag) va prendre la tête de la révolte et libérer le peuple du joug des oppresseurs.



POINT DE VUE

Robert FreitagQui ne connait pas l’histoire légendaire de Guillaume Tell ? D’après la tradition, le héros joua un rôle déterminant dans l’indépendance suisse. A la fin du XIIIème siècle, les habitants des trois cantons de Schwyz, Uri et Unterwalden supportèrent difficilement les spoliations commises par les baillis des ducs d’Autriche. Hermann Gessler, bailli d’Uri, voulut tester la soumission du peuple en exigeant que les villageois s’inclinent devant un chapeau aux couleurs des Habsbourg, monté sur une perche. Ayant refusé de saluer, Tell fut alors contraint par Gessler de tirer à l’arbalète sur une pomme surmontant la tête de son fils. Ayant réussi, il déclara au bailli qu’il lui réservait une deuxième flèche au cas où il aurait failli. Arrêté, Tell s’échappa et tua finalement le vilain bailli, précipitant alors la révolte générale qui permit au peuple suisse de gagner son indépendance.

Le poète Schiller en fit une pièce en 1805 et Rossini un opéra en 1829. En ce qui concerne le cinéma, l’Italie proposa Les aventures de Guillaume Tell (Giorgio Pastina et Michal Waszynski, 1949), avec Gino Cervi. En 1953, Errol Flynn essaya vainement de monter une version dans laquelle il aurait tenu le rôle principal, dirigée par Jack Cardiff. Malheureusement, des problèmes de financement firent capoter le projet, et les 30 minutes filmées en CinemaScope semblent définitivement perdues dans les limbes. Le film de 1961 en langue suisse allemande de Michel Dickoff et Karl Hartl met fidèlement en image la tradition. On imagine que le film de Cardiff aurait donné la part belle à Flynn, en revanche, Dickoff et Hartl ne focalisent pas leur métrage sur Tell, qui n’apparaît à l’écran qu’au bout de 23 minutes, et ne dispose que de relativement peu de séquences.

Tous unis contre les tyrans !L’intrigue s’intéresse à d’autres personnages s’opposant à la tyrannie, comme les paysans s’unissant ou encore Berta von Bruneck, cousine de Gessler, qui au lieu d’approuver les méthodes de son parent les réprouve. Tell n’est pas montré comme celui versant le premier sang, puisqu’avant lui, un bûcheron décide de donner un bon coup de hache sur le crâne d’un bailli ayant voulu exercer le droit de cuissage sur son épouse. Il n’est pas non plus présent lorsque les membres des différents cantons se réunissent pour rappeler leur pacte de solidarité face aux oppresseurs. En vérité, Tell est présenté comme une sorte de figure emblématique quoique distante du soulèvement contre l’oppression. La scène très attendue de la pomme est plutôt ratée, par manque d’une dose de tension pour la relever.

Robert Freitag, vu notamment en officier allemand dans La grande évasion (John Sturges, 1963), campe un Guillaume Tell massif et peu bavard, tandis que Wolfgang Rottsieper est un Gessler qui n’a pas l’aura maléfique faisant un méchant mémorable. Bénéficiant de superbes paysages naturels, permettant d’éviter la sensation d’artificialité des films confectionnés en studio, Guillaume Tell ne fut pas un succès international et son exploitation en France fut des plus limitées. Il lui manque incontestablement ce souffle épique, ce sens de l’action que l’on trouvait auparavant dans Les aventures de Robin des Bois (Michael Curtiz et William Keighley, 1938) et La flèche et le flambeau (Jacques Tourneur, 1950).

IMAGE ET SON

Il s’agit d’une très belle copie, restaurée par la Schweizer Radio und Fernsehen SRF en collaboration avec la Cinémathèque suisse et Memoriav. Le choix est donné entre la version originale suisse allemande et la version française d’époque. Ce doublage permet d’entendre des voix connues des amateurs de VF des années 60 (René Arrieu, Michel Gudin, Roland Ménard…)






SUPPLÉMENTS DE L’ÉDITION DVD / BLU-RAY

Diaporama (durée : 1’18’’)

Film-annonce en anglais (durée : 2’55’’)

Film-annonce en allemand (durée : 3’00’’)

Sur le tournage (durée : 1’20’’)
Ce court document, datant de l’époque du tournage, permet de comprendre comment a été filmée la scène durant laquelle Tell, le bûcheron et sa femme se retrouvent ballotés en barque sur un lac déchainé. Les remous ont été obtenus grâce à deux bateaux à moteur attachés l’un à l’autre, et tournant en rond près de la barque en question.

Livret de 80 pages : "Guillaume Tell, de l’Histoire à la légende" par David L’Epée
80 pages illustrées sur le contexte historique, les sources écrites, la controverse, l’analyse du symbole, les récupérations politique et publicitaire.



 


Titre original : Wilhelm Tell
Titre français : Guillaume Tell
Réalisateurs : Michel Dickoff et Karl Hartl
Acteurs : Birke Bruck, Robert Freitag, Wolfgang Rottsieper, Georges Weiss
Durée : 96’23’’
Suppléments : bandes-annonces, court documentaire d’époque, diaporama, livret
Zones : B (Blu-ray) / 2 (DVD)
Editeur : Artus Films
Année du film : 1961
Format image : 1.66:1, couleur
Langues : français, suisse-allemand
Sous-titrage : français (amovible)
Son : Dolby Digital Mono 2.0

Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister