Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Curse of the Undead
DANS LES GRIFFES DU VAMPIRE
D’Edward Dein
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : Dans une petite ville de l’Ouest au 19e siècle, plusieurs jeunes filles meurent mystérieusement drainées de leur sang. Le pasteur Dan Young (Eric Fleming) découvre que le pistolero Drake Robey (Michael Pate) n’est autre qu’un vampire, responsable de ces meurtres. Rien ne va plus quand Drago jette son dévolu sur Dolores Carter (Kathleen Crowley), la fiancée du pasteur.



POINT DE VUE

Michael Pate Curieusement, le fantastique a très peu inspiré le western. En 1966 William Beaudine réalisa deux métrages très fauchés, Billy the Kid Versus Dracula et Jesse James Meets Frankenstein’s Daughter, dont les titres étaient malheureusement plus intéressants que le produit fini. Il y eut aussi les cowboys momifiés de House II : la deuxième histoire (Ethan Wiley, 1987) et ceux zombifiés de Ghost Town (Richard McCarthy & Mac Ahlberg, 1988). Plus récemment, Cowboys et envahisseurs (Jon Favreau, 2011) raconta une attaque extra-terrestre dans l’Ouest de 1873. Pour le petit écran, quelques épisodes de la série Les mystères de l’Ouest s’aventurèrent du côté du surnaturel, en particulier La nuit de la maison hantée (1966), avec sa boucle temporelle inquiétante, tandis que dans l’épisode Au-delà du Far West (1968) de la série de SF Star Trek, le capitaine Kirk et son équipe se retrouvèrent contraints de rejouer la fusillade d’O.K. Corral entre les Earp et les Clanton.

Modeste production du grand studio Universal, Dans les griffes du vampire précède toutes ces incursions de façon inventive, en transposant le mythe de Dracula dans l’Ouest. Maudit après avoir commis un fratricide, Don Drago Robles (Michael Pate) est devenu vampire. Reconverti en tueur à gages invincible sous le nom de Robey, il se nourrit du sang de jeunes femmes isolées, en sévissant de ville en ville. Une originalité par rapport aux vampires traditionnels, Drago supporte la lumière du jour, mais apparemment de moins en moins, ce qui laisserait à penser que le vampirisme est comme une maladie qui se propage en lui. Pas entièrement mauvais, sa morale est très ambiguë. D’un côté, il est touché par la gentillesse de la belle héritière Dolores Carter, qu’il assiste face à Buffer (Bruce Gordon), un riche propriétaire voulant un peu trop étendre son territoire. Mais de l’autre, besoins vampiriques obligent, Drago n’hésite pas à condamner à mort Dolores, en lui suçant le sang chaque nuit. A ce sujet, il n’est pas dit qu’à terme, Dolores deviendrait vampire à son tour, vu que les précédentes proies de Drago ne sont jamais montrées revenant à la vie, elles meurent, point barre.

Eric Fleming Dans les griffes du vampire tient davantage du western que du film d’horreur, avec son intrigue contenant des éléments déclinés de nombreuses fois, comme cette opposition entre deux propriétaires terriens ; le fils instable de l’un d’eux ; le pistolero adouci par une pure jeune fille. Par conséquent, le fantastique n’est traité que de façon très subsidiaire, ce qui constitue le principal défaut d’un film dont aucune scène ne ressort vraiment. Chaque apparition du vampire est affaiblie par une musique sinistre, tandis que ses attaques peu spectaculaires sont expédiées trop rapidement. On remarque qu’à l’instar des prédateurs nocturnes de l’excellent Aux frontières de l’aube (Kathryn Bigelow, 1987), on ne voit jamais Drago affublé de longues canines, apanage du classique suceur de sang.

Dans le rôle du vampire un brin romantique, Michael Pate domine la distribution. Habitué aux rôles de méchants du fait de sa bobine patibulaire, l’acteur fait une composition honorable, mais à qui manque l’aura de mystère et de menace qui caractérisait le Dracula de Christopher Lee ou le Nosferatu de Klaus Kinski. Outre Pate, le point fort de Dans les griffes du vampire est la présence d’acteurs compétents, comme John Hoyt dans le rôle du père de Dolores, Edward Binns dans celui du shérif intègre, et enfin Eric Fleming, connu pour sa participation à la série Rawhide, qui incarne ici le principal opposant aux méfaits de Drago. Au final, le long-métrage d’Edward Dein est une curiosité qui a le mérite de l’originalité, mais qui pêche de ne pas exploiter de façon satisfaisante une idée de départ qui aurait pu être très réjouissante et spectaculaire : un vampire dans l’Ouest du 19e siècle.

IMAGE ET SON

L’image est de bonne tenue, malgré l’apparition régulière de points blancs. L’édition italienne, sortie en 2014 par Sinister Film sous le titre L’uomo senza corpo, contient la version originale anglaise et un doublage italien. Des sous-titres italiens amovibles sont proposés.






SUPPLÉMENTS DE L’ÉDITION DVD

Présentation du film par Luigi Cozzi (durée : 2’12’’)
Le réalisateur du bien sympathique Starcrash, le choc des étoiles (1978) fait une présentation express de Dans les griffes du vampire, en italien non sous-titré.



 


Titre original : Curse of the Undead
Titre français : Dans les griffes du vampire
Réalisateur : Edward Dain
Acteurs : Kathleen Crowley, Eric Fleming, John Hoyt, Michael Pate
Durée : 75’47’’
Suppléments : présentation du film
Zone : 2
Editeur : Sinister Film
Année du film : 1959
Format image : 1.33:1, noir et blanc
Langues : anglais, italien
Sous-titrage : italien (amovible)
Son : Dolby Digital Mono 2.0

Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister