samedi 20 mars 2021

Décès de Jacques Frantz (1947-2021)

Il y a quelques jours nous quittait Jacques Frantz, comédien à la stature imposante et grande voix du doublage français. Jacques devait être notre invité d'honneur à l'édition 2020 du Salon des séries et du doublage si les événements sanitaires n'en avaient pas décidés autrement...

Issu de la promotion 1970 du Conservatoire national supérieur d'art dramatique, Jacques Frantz monte sur les planches dès la fin des années 60. En 1971, Robert Hossein l'engage pour jouer dans Crime et châtiment de Dostoïevski. Ils travailleront ensemble encore à plusieurs reprises. En 2002, Jacques Weber le dirige dans Phèdre de Racine... En 2008, nous sommes allés l'applaudir dans Les riches reprennent confiance.
Au cinéma, il a tourné pour Philippe de Broca, Gérard Oury, Francis Veber, Claude Zidi, Yves Robert... Il a également tourné pour son camarade Med Hondo dans Lumière noire (1994) et à deux reprises pour Lucien Jean-Baptiste (La Première étoile et Dieumerci !, respectivement en 2008 et 2016).
ll est apparu aussi dans bon nombre de séries télévisées (Les Cinq dernières minutes, Commissaire Moulin, Julie Lescaut...) et il tenait le rôle principal dans Melissol (1999). On se souvient aussi de son personnage de Gustave Eiffel dans La Légende vraie de la Tour Eiffel (2005).

Jacques Frantz était évidemment une voix incontournable du doublage. Il commence à travailler au doublage dès 1975 mais c'est environ 10 ans plus tard qu'il est repéré par Jenny Gérard notamment qui va lui donner de grands rôles. Dès lors, Jacques va prêter sa voix à Robert de Niro tout au long sa carrière (les Affranchis, Casino, Mafia Blues...). Il prête aussi sa voix à Mel Gibson de Mad Max 3 (1985) jusqu'au récent Boss Level, sorti début mars uniquement en DVD/Blu-ray.
Parmi ses autres acteurs fétiches, on peut citer : John Goodman, Nick Nolte, Steve Martin, Stellan Skarsgard, Jeff Bridges, John Candy, Ron Perlman... Les amateurs de films d'animation auront reconnu sa voix dans Kuzco, Monstres et Cie, La Planète au trésor, Astérix et les Vikings, Rebelle...

Après les disparitions de Claude Giraud, de Patrick Poivey, de Roger Carel, et d'autres hélas, c'est à nouveau un grand comédien qui nous quitte. Nos pensées vont évidemment à Marjorie, sa fille, ainsi qu'à sa famille et ses amis.

(Remerciements à Michel Derain pour sa relecture)

(c) La Gazette du doublage - 2021

mardi 9 mars 2021

Décès de Sylvie Feit (1949-2021)

Nous avons appris hier avec stupeur et tristesse le décès de notre amie la comédienne Sylvie Feit que nous avions reçue à plusieurs reprises au Salon des séries et du doublage.

Enfant du spectacle, Sylvie a enregistré son premier doublage à l'âge de 12 ans. Depuis, elle est devenue une comédienne accomplie (théâtre, télévision, cinéma).
Pour le cinéma, elle a prêté sa voix à Britt Ekland dans L'Homme au pistolet d'or, à Jill Ireland dans Le Bagarreur, à Teri Garr dans Rencontres du troisième type (premier doublage), à Bo Derek dans Elle, à Jamie Lee Curtis dans Fog, à Sally Fied dans Jamais sans ma fille...
Pour la télévision, elle a doublé dans les séries L'Homme de l'Atlantide, San Ku Kaï, Spectreman, Riptide, Falcon Crest... Et elle a participé aux dessins animés Capitaine Flam, Tom-Tom et Nana...

Sylvie Feit était une grande dame du doublage et une femme sympathique et courageuse. Elle restera dans nos mémoires et dans nos cœurs.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Jean-Pierre Moulin et Sylvie Feit au Salon des séries et du doublage en novembre 2019.


Sylvie Feit et Anne Kerylen en pleine séance de dédicaces lors du même salon.

(c) La Gazette du doublage - 2021

vendredi 22 janvier 2021

Musée SACEM : Les auteurs de doublage

Cette exposition virtuelle sur les auteurs de doublage et sous-titrage va vous faire découvrir l’histoire du doublage ainsi que les dialoguistes emblématiques qui se cachent derrière les films et séries que nous connaissons tous. Partez également à la découverte du métier aujourd’hui.
Le tout est illustré par de nombreux documents d'archives, de portraits d'auteurs écrits par votre serviteur et une série de podcasts inédits écrits par Vanessa Bertran, autrice de doublage/sous-titrage et membre du Conseil d’administration de la SACEM.

Nous vous souhaitons une bonne visite : Musée SACEM "Devine qui vient doubler"


mardi 19 janvier 2021

Décès de Vincent Davy (1940-2021)

Nous apprenons le décès du comédien Vincent Davy, également adaptateur et directeur artistique du doublage québécois.

Né à Enghien-les-Bains, il se forme au théâtre à Nice. Dès 1965, il monte à Paris et entre dans le monde du doublage. Il prête sa voix à Robert Wagner (Alexander Mundy) dans les deux premières saisons de la série Opération Vol (à partir de 1968) et à Joel Fabiani (Stewart Sullivan) dans Département S (à partir de 1969) au côté de Jacques Berthier (Jason King) et Perrette Pradier (Annabelle Hurst).

Après avoir fait ses classes en France, il part s'installer au Québec. Pour la société de doublage Cinélume, il adapte et dirige en français les épisodes de la saison 2 de la célèbre série de science-fiction Cosmos 1999 (à partir de 1976). Il y double Martin Landau (John Koenig) au côté de Diane Arcand (Helena Russell), Robert Rivard (Victor Bergman), Hubert Noël (Paul Morrow) et Benoît Marleau (Alan Carter).

Pendant plus de 40 ans au service du doublage québecois, il prête sa voix à de très nombreux acteurs parmi lesquels Jack Nicholson dans Les Sorcières d'Eastwick (1987), Michael Keaton dans Beetlejuice (1988), Robin Williams dans Le Cercle des poètes disparus (1989), Tommy Lee Jones dans Batman à jamais (1995), Marlon Brando dans L'Ile du docteur Moreau (1996), Michael Caine dans Le Prestige (2006), Anthony Hopkins dans Thor (2011), Ben Kingsley dans Exodus (2014) et participe à un bon nombre de longs métrages d'animation (Winnie l'ourson, Atlantis l'empire perdu, Cars, Kung Fu Panda...)

Pour en savoir plus sur la carrière de Vincent Davy, le site du doublage au Québec

(c) La Gazette du doublage - 2021